Visa pour un chapeau et autres contes...

Publié le par Lily

Pour fêter le déblocage de ma carte bleue (amen, mon employeur d'octobre (soupir) s'est enfin décidé à me verser mon salaire et les assedics à débloquer mon dossier), je me suis payé un chapeau, tiens ! En laine. Ca tient chaud aux oreilles...


D'autre part, ce qui n'a rien à voir je vous l'accorde, mais un petit peu quand même, à la sortie du métro Pyrénées,  je suis tombée sur la gueule de Napoléon IV placardé 15 fois sur le mur, version affichage sauvage umpiste. Et, ô ironie, sur la devanture d'un magasin en faillite. Faut voir...


Comme je n'étais pas équipée d'un marqueur pouvant me permettre un sacro-saint droit de réponse direct, à cette pollution (!) visuelle, je me suis offert un collage sauvage d'un sticker d'Indies Sabotage sur le nez du monsieur. Ca m'a fait plaisir, voire, ça m'a soulagée.


J'aurais bien immortalisé le résultat mais j'avais pas l'appareil photo sur moi. La faute à mon sac à main qui a rendu l'âme (repose en paix) et que je n'ai pu financièrement encore remplacer (oui, le chapeau c'était une avance sur carte bleue, j'avoue).


A défaut vous avez droit à un couvre-chef immortalisé...

Très années 20 d'ailleurs.

Quelle année la dernière crise financière ?

29 ?

Ah.

Publié dans La Vie d'Artiste

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Oh la tête de canaille que tu fais là dessus ( là dessous ! ) On dirait une filoute qui vient de faire une grosse bêtise et qui en est très fière ! Etait-ce après avoir cloué le bec à Monsieur Sarko ?
Répondre